Un peu d’histoire… – L’Année balzacienne

Le mieux est de laisser la parole, pour retracer l’histoire de L’Année balzacienne, à Madeleine Ambrière (1925-2014), présidente du Groupe d’études balzaciennes de 1986 à 1999 (article paru dans L’Année balzacienne 2011):

Naissance de la revue en 1960

« Le passé de L’Année balzacienne ? Une belle histoire ! Le souvenir en l’occurrence représente un devoir et une richesse, tant fut porteur l’enthousiasme qui salua en 1960 la naissance de la revue, en France et dans le monde. La vocation internationale du Groupe d’études balzaciennes, fondateur de L’Année balzacienne, s’était en effet affirmée dès l’origine, en 1959, avec la présence, notamment, dans le comité de patronage, de W. H. Royce, président de The Balzac Society of America, qui apporta immédiatement, ainsi que V. del Litto et nos premiers correspondants à l’étranger, J. W. Conner, C. Gould et R. Massant, un soutien chaleureux auquel se joignirent en France, B. Paul Métadier, président de la Société Balzac de Touraine, et Léon Gédéon, président de la Société des Amis de Balzac.

À vrai dire, l’essor des études balzaciennes avait commencé quelques décennies plus tôt, quand Marcel Bouteron, chartiste, bibliothécaire de l’Institut de France dont il devint bientôt membre, décida de consacrer sa vie à Balzac et donna à la recherche balzacienne une impulsion décisive. Avec un zèle intrépide et une ardeur communicative, il recueillit, alors qu’il en était encore temps, les vestiges et témoignages des descendants de la famille, des amis et relations de l’auteur de La Comédie humaine, entama une quête patiente et vigilante, dans le sillage du vicomte Spoelberch de Lovenjoul, des manuscrits, fragments inédits et lettres de Balzac, alla jusqu’en Pologne et même aux États-Unis éveiller des vocations balzaciennes. En France, il stimula les pionniers de la nouvelle recherche, Bernard Guyon, Maurice Bardèche, Philippe Bertault, Pierre-Georges Castex, et il se lia d’amitié avec Jean Pommier, professeur au Collège de France où il avait succédé à Paul Valéry, membre de l’Institut, fasciné dans ses recherches sur la création littéraire par les manuscrits et les variantes de Balzac, d’une édition à l’autre. Pierre-Georges Castex et Jean Pommier faisaient partie ainsi que Roger Pierrot et quelques autres du comité de rédaction des Études balzaciennes, série publiée par J.-A. Ducourneau, éditeur passionné de Balzac, qui avait fondé Le Courrier balzacien avec Léon Gédéon. Appelé à d’autres tâches, en 1960, J.-A. Ducourneau, qu’encourageait Marcel Bouteron, annonça dans le dixième numéro des Études balzaciennes la naissance de L’Année balzacienne, qui prit aussitôt le relais. Naturellement, il devint membre du comité de rédaction, avec Roger Pierrot qui allait se consacrer avec zèle et efficacité au monumental travail de l’édition de la Correspondance de Balzac, et moi-même, secrétaire de rédaction de L’Année balzacienne, fondée et dirigée par Jean Pommier et Pierre-Georges Castex, professeur à la Sorbonne et, un peu plus tard, membre de l’Institut.

Premier numéro de la deuxième série

Née sous d’heureux auspices, L’Année balzacienne grandit allègrement, grâce à des correspondants étrangers de plus en plus nombreux en Europe, en Amérique, en Asie, et à des collaborateurs français et étrangers dont l’ardeur balzacienne fut intense. D’hier à aujourd’hui, il est impossible d’en donner ici une liste exhaustive, mais il importe de rappeler que les travaux de ceux qui nous ont quittés, notamment – après Jean Pommier, Pierre-Georges Castex et Bernard Guyon – Maurice Regard, Jean-Hervé Donnard, Pierre Citron, René Guise, Maurice Ménard, ont fécondé la recherche balzacienne, aujourd’hui brillamment animée par toute une équipe de jeunes et moins jeunes, dont on citera au moins ceux qui sont des membres actifs de l’actuel comité de rédaction : Roland Chollet, André Lorant, Patrick Berthier, Nicole Mozet, Thierry Bodin, Alex Lascar, Max Andréoli, Mireille Labouret, Stéphane Vachon. Comment ne pas rappeler aussi le constant soutien de la Maison de Balzac, de la Société des Amis de Balzac et de la maison de Balzac, du musée Balzac de Saché ?

Tous ont écrit, écrivent et écriront encore d’importantes pages de l’histoire de L’Année balzacienne, une belle histoire qui ne peut cependant se confondre avec un conte de fées. Comme toute entreprise humaine, L’Année balzacienne a connu des difficultés et des déceptions, traversé des turbulences et affronté des crises, crises de croissance, crises économiques… En 1983, Michel Prigent, qui vient de disparaître prématurément, accueillit chaleureusement aux Presses Universitaires de France dont il était alors le directeur éditorial L’Année balzacienne, précédemment éditée chez Garnier, et contribua à lui donner un élan nouveau.

Premier numéro de la troisième série

Les générations se sont succédé et L’Année balzacienne, toujours fidèle aux principes d’exigence scientifique et de libéralité des méthodes, a évolué. « Variété dans l’unité », la formule balzacienne s’applique à merveille à notre revue. Si les textes inédits et pages retrouvées de Balzac ont fait les beaux jours de L’Année balzacienne à ses débuts, si quelques rubriques régulières subsistent avec succès, de nouvelles lectures, d’autres points de vue, des orientations méthodologiques différentes ont fait surgir de nouveaux horizons. La recherche balzacienne s’est diversifiée, par exemple grâce à une lecture systématique des journaux d’époque, une exploration des fonds d’archives (en particulier les archives notariales), des études génétiques d’un puissant intérêt. Signe aussi de cette évolution, les colloques ont occupé une place de plus en plus importante dans l’activité de L’Année balzacienne, bénéficié en particulier des heureuses initiatives de l’actuelle présidente du Groupe d’études balzaciennes, Nathalie Preiss (qui a créé également un « Balzac en ligne » ouvert à tous les balzaciens, universitaires ou non), et grâce au talentueux et dévoué rédacteur en chef de L’Année balzacienne, Michel Lichtlé. Ainsi les présidents, directeurs et rédacteurs en chef ont-ils assumé, après Jean Pommier, Pierre-Georges Castex, moi-même, Arlette Michel, dans la continuité et l’invention, avec un esprit d’équipe toujours constructif, l’indispensable évolution de L’Année balzacienne. »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.