Parution de L’Année balzacienne 2021. De Balzac lecteur aux lectures du Cousin Pons

Après avoir fêté ses soixante ans d’existence et avoir lancé sa quatrième série, L’Année balzacienne consacre son nouveau numéro à la lecture. Il est intitulé : « De Balzac lecteur aux lectures du Cousin Pons ».

La première partie, « Balzac lecteur», tente de comprendre comment la lecture, chez Balzac, participe à la création littéraire. À l’analyse des lectures anglo-saxonnes de Balzac s’ajoutent celles des lectures philosophiques et des jeux intertextuels.

La seconde partie revient sur un roman un peu délaissé – jusqu’à ces dernières années – par la critique balzacienne, Le Cousin Pons, dont la poétique semble entièrement tournée vers la description de « la grande maladie sociale ». Le roman, par sa noirceur mais aussi par son sens du sublime, nous interpelle encore aujourd’hui et suscite même des débats passionnés. Le dossier replace l’œuvre dans les grandes problématiques de La Comédie humaine, avant d’étudier la question des modèles et de l’invention, puis celle du double.

À ces beaux dossiers qui ouvrent de nouvelles perspectives dans la recherche balzacienne s’ajoutent quatre Varia, dont les auteurs, issus de trois continents différents, symbolisent la portée internationale de la revue: le dernier volet de la série d’articles de Thomas Welles Briggs sur l’incompréhensibilité balzacienne, l’article de Chia-Ping Kan sur « la folie et l’héroïsme chez Balzac », l’article de Guo Tang sur la réception d’Eugénie Grandet en Chine et l’article de Régine Borderie sur les « portraits balzaciens».

Et l’on retrouve comme à l’accoutumée, toute la « Documentation » balzacienne, qui contribue à faire de L’Année balzacienne une revue internationale de référence (« Notes », « Revue critique », « Revue bibliographique », « Balzac à l’étranger », « Informations et nouvelles »), avec cette année des hommages importants à trois grands balzaciens disparus : Max Andréoli, Paul Métadier et Roland Le Huenen.

Le volume est envoyé à tous les adhérents du Groupe d’Études balzaciennes. Pour devenir membre, télécharger et remplir le bulletin ci-dessous.

Sommaire

DE BALZAC LECTEUR AUX LECTURES DU COUSIN PONS

BALZAC LECTEUR

Aude Déruelle et Philippe Dufour : Introduction

Balzac et la littérature anglo-saxonne

Émilie Ortiga : Balzac, lecteur de Shakespeare ?

Tim Farrant : Balzac, lecteur de Scott

Céline Duverne : Balzac, émule versatile de Lord Byron

Balzac et la philosophie

Nanine Charbonnel : Balzac avec Rousseau. Une imprégnation décisive

Anne-Marie Baron : Balzac lecteur de Louis-Claude de Saint-Martin

Intertextualité et polémique

Michael Tilby : Au-delà de la bibliomanie. Le jeu multiple de l’allusion littéraire chez Balzac

Christelle Girard : Balzac et les romans noirs. L’innutrition gothique comme partage poétique

Alex Lascar : Balzac lecteur des romanciers de son temps (1825-1840)

Laélia Véron : Quand Balzac lit et écrit « le Sainte-Beuve »

LE COUSIN PONS, QUEL PARENT PAUVRE ?

André Lorant : Introduction

Scène de la vie parisienne, scène de la vie privée

Gérard Gengembre : Le Cousin Pons, roman parisien

Alex Lascar : Le Cousin Pons, scène de la vie privée

Modèles et inventions

Bernard Gendrel : Balzac fabuliste dans Le Cousin Pons.

Christelle Girard : Un « diable en jupons » ? Évolution et dégradations du personnage inventif dans Le Cousin Pons

Laélia Véron : L’Énonciation narratoriale dans Le Cousin Pons

Res duplex : tout est double

Mireille Labouret : Les deux Casse-noisettes ou le détour par l’enfance

Sylvie Thorel : Le laid idéal

Céline Duverne : L’Éros dans Le Cousin Pons. De l’économie libidinale à l’écriture jubilatoire

Jacques-David Ebguy : « La fin de l’homme ». La question du lien social dans Le Cousin Pons

Thomas Conrad : Petites choses et petites gens dans Le Cousin Pons

VARIÉTÉS

Régine Borderie : Portraits balzaciens. Doubles vues

Thomas Welles Briggs : L’incompréhensibilité mystificatrice. La Comédie humaine et le tournant de 1842

Chia-Ping Kan : Folie et héroïsme chez Balzac. L’exemple du Chef-d’œuvre inconnu et de La Recherche de l’Absolu

Guo Tang : La réception d’Eugénie Grandet dans le manuel du Chinois et ses enjeux pédagogiques

FUTURAMA

Maria Beliaeva Solomon, « Grimaces et Convulsions : le Romantisme aux lendemains de Juillet 1830 ». Thèse dirigée par Richard Sieburth et soutenue à New York University, le 8 mai 2019

Céline Duverne, « Poètes, poésie et poéticité dans l’œuvre d’Honoré de Balzac ». Thèse dirigée par Olivier Bara et soutenue à l’Université de Lyon 2 le 21 octobre 2021

DOCUMENTATION

Note :

Jean-Jacques Gautier : Balzac, maître d’ouvrage. Sur trois plans de maison de la main de Balzac

Revue critique :

Dufour (Philippe), Le réalisme pense la démocratie, Genève, La Baconnière, « Nouvelle Collection Langages », 2021, 260 p. (Bernard Gendrel), 555. – Decoux (Jean-Paul), Imago-sémiotique chez Rabelais, Balzac et les pigeons bizets. Le thérapeute, le clinicien et le chercheur, éditions La Simarre, 2019, 236 p. (Anne-Marie Baron), 558.

Revue bibliographique :

Florence Lignac et Michel Lichtlé : Bibliographie balzacienne (Année 2019)

Willi Jung, Jean-François Richer, Tim Farrant, Mariolina Bongiovanni-Bertini, Marco Stupazzoni, Takayasu Oya, Véra Milchina : Balzac à l’étranger

Informations et nouvelles

Résumés


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.